Quand on pense à la côte d’émeraude, certaines images de carte postale viennent immédiatement en tête. Les grandes marées, les belles villas de bord de mer, les remparts de Saint-Malo, les huitres de Cancale et bien sûr, le fameux Mont Saint-Michel.

Effectivement, vous trouverez tout cela en voyageant sur la côte d’émeraude, mais elle vous réserve également d’autres belles surprises.

Comment résister à visiter Dinan la médiévale, Dinard la bourgeoise, mais aussi les anciennes demeures de corsaires du côté de Saint-Malo appelées malouinières.

Sans oublier les beautés des paysages naturels qu’offre la manche. Cette mer parfois agitée au moment des grandes marées qui laisse apparaitre des forts dans sa baie lorsqu’elle se retire.

Quelque soit votre façon de découvrir la côte d’émeraude, celle-ci ne vous laissera pas indifférents et vous reviendrez des souvenirs plein la tête.

Bonnes vacances !

L’itinéraire

Mon itinéraire est basé sur 5 jours de présence complète sur place. Bien sûr, des variantes peuvent être réalisées selon la durée de votre séjour, mais aussi selon vos goûts et envies. À chacun de choisir.

Pour avoir un itinéraire tout prêt de visite de la côte d’émeraude en voiture, je vous invite à acheter mon carnet de voyage numérique de 52 pages, créé dans le cadre de mon métier : l’acheter ici.

1er jour : Saint-Malo intra-muros, fort national et la malouinière de la Ville Bague

2ᵉ jour : Bourg et Abbaye du Mont Saint-Michel puis découverte de la baie

3ᵉ jour : Cancale, la ferme ostréicole et la découverte de la pointe du Grouin et du sentier des douaniers

4ᵉ jour : Dinan et Dinard

5ᵉ jour : Découverte du cap Fréhel, visite de Fort La Latte et rando sur le GR34

Jour 1, Saint-Malo, la cité corsaire

La cité des corsaires est l’une des étapes incontournables de la côte d’émeraude. Visiter Saint-Malo, c’est s’imprégner de l’ambiance bretonne, vivre à l’heure des marées et des grandes marées et en apprendre plus sur la vie des armateurs et corsaires malouins des 17ᵉ et 18ᵉ siècles. Tranquillement, on peut visiter les remparts et la ville close en une demi-journée.

Les remparts

Toute visite de Saint-Malo commence la plupart du temps par la visite des remparts.

Les remparts offrent de superbes points de vue sur les toits de la ville d’un côté et la mer et les plages de l’autre. Vous croiserez pendant votre balade des personnages célèbres comme l’officier Duguay-Trouin, l’explorateur Jacques Cartier où le corsaire Surcouf.

Les remparts proposent un circuit découverte de 2h au départ de l’esplanade Saint-Vincent que vous pourrez vous procurer à l’office du tourisme. Ce circuit vous fera découvrir tous les points d’intérêts et d’importance de la cité et se décompose en étapes : de la porte Saint-Vincent au bastion Saint-Louis, du bastion Saint-Louis au bastion Saint-Philippe, du bastion Saint-Philippe à la tour Bidouane et de la tour bidouane à la porte Saint-Vincent.

La ville close

Une fois la découverte des remparts faites, vous pourrez pénétrer dans ce qu’on appelle la ville close, aussi surnommée intra-muros. L’Intra-muros, c’est le cœur de la cité des corsaires.

Vous pourrez profiter des nombreuses boutiques, bars et restaurants, mais aussi des lieux majeurs de la ville comme l’imposant château et ses 4 tours ou la place Chateaubriand. On peut également citer la cour de La Houssaye, la cathédrale Saint-Vincent ou l’hôtel Magon de la Lande, demeure du 18ᵉ siècle classée monument historique.

N’hésitez pas à consulter et réserver les différentes activités et visites possibles de Saint-Malo ici.

Les forts de la baie

Quatre forts mouillent dans la baie de Saint-Malo. Plus de 300 ans après leur construction, ils sont toujours là à veiller sur la ville.

Il s’agit des forts Harbour, La Conchée, Petit-Bé et National

Édifiés par Vauban sur ordre de Louis XIV, pour protéger Saint-Malo des attaques des marines anglaise et hollandaise.

Attention, pour les visites, il est recommandé de se renseigner sur les horaires des marées en amont afin de vérifier si les forts sont accessibles et ouverts à la visite. Celle-ci dépend aussi des saisons.

Je vous invite à télécharger les horaires de marées 2023 ici.

Fort Harbour : il fait face à Dinard et est interdit au public. Il appartient à un propriétaire qui souhaite rester anonyme qui l’a racheté à l’acteur Alain Delon à la fin des années 60.

La Conchée : Ce fût le fort le plus endommagé par les obus américain pendant la libération de Saint-Malo. Depuis 1988, la ruine a été reconstruite à 80% par une association de passionnés.

Le Petit Bé (6€/pers, accès à pied, marée basse via plage de Bon-Secours et le Grand-Bé, 1h A/R) : il abrite la tombe de Chateaubriand. En 2000, il est racheté pour un bail de 70 ans par un passionné en échange de sa restauration. Les travaux coûtant très cher. Des visites et des nuits sur place sont proposées afin de financer les travaux.

Fort national (5€/pers, accès à pied, marée basse quand le drapeau français est hissé, via la plage de l’Éventail, 15 min A/R) : le plus proche de Saint-Malo et le plus intéressant à visiter. Il est la propriété de la même famille depuis 1927 et accueille 20 000 visiteurs par an.

La malouinière de la Ville Bague

Après avoir fait fortune, les armateurs malouins de la fin du 17ᵉ siècle cherchent à montrer leur réussite et un lieu où se reposer à la campagne, non loin de Saint-Malo.

C’est dans l’arrière-pays malouin, au clos-poulet qu’ils élisent domicile pour leurs résidences secondaires appelées malouinières.

La plupart de ces demeures nobles (architecture, mobilier, parc…) ont été construites entre 1680 et 1730 dans un rayon de 12 kilomètres. Aujourd’hui, il en existe encore une centaine sur les 200 à 300 ayants existé dont une dizaine de grandes malouinières.

Les plus connues à visiter sont celles de la Chipaudière et de la Ville Bague. Faites comme l’oie et fiez-vous aux avis laissés sur Google. Mon choix s’est porté sur La Ville Bague et je ne le regrette pas du tout.

Malouinière de la ville Bague (9€/pers, 2 visites/jour à 14 h 30 et 16 h 00 sauf le mercredi, durée 1 h 30) : construite en 1715 par l’armateur Guillaume Éon pour se reposer à l’écart de l’animation du port. La villa compte de nombreux trésors dont un papier peint dans le salon de 1820 représentant Pizarro chez les Incas. Vous y verrez aussi des collections de maquettes de bateaux, de marine (dents de cachalots, défenses de morses…), d’armes… À l’extérieur, dans le parc, vous pourrez voir la chapelle Sainte-Sophie (1690) et un pigeonnier carré.

Jour 2, la visite du Mont Saint-Michel

Le parcours peut se distinguer en 3 découvertes différentes. L’intérieur du Mont avec le bourg puis l’abbaye et enfin l’extérieur du Mont avec la superbe baie. Une chose est sûre, il faut compter au moins une journée sur place pour profiter de la beauté absolue de ce site.

Vacances sur la côte d'émeraude du mont Saint Michel au cap Fréhel

Où se garer au Mont Saint-Michel ?

Depuis plusieurs années déjà, il est strictement interdit de se garer au pied du Mont Saint-Michel afin de préserver cette baie d’une incroyable beauté.

Ainsi, plusieurs grands parkings ont été aménagés à 2.5 km du site pour pouvoir garer 4000 véhicules au total. Les deux parkings les plus proches sont réservés aux personnes handicapées et à mobilité réduite ainsi qu’aux clients des hôtels. Les suivants sont consacrés aux voitures, aux camping-cars et aux vélos.

Une fois la voiture garée, il vous faudra prendre une navette gratuite qui vous emmène à l’entrée du Mont Saint-Michel en 12 minutes. Les navettes fonctionnent de 7 h 30 à minuit en continu. Sinon, vous pouvez choisir un moyen de transport plus atypique : la maringote. Cette hypomobile (tirée par deux chevaux) réalise le trajet en 20 minutes.

Dernière solution, c’est la marche à pied via trois itinéraires différents. Il faut dans ce cas compter entre 40 et 50 minutes de marche en moyenne.

Combien ça coûte ?

Tout dépend de votre temps de stationnement et de la saison (basse, moyenne ou haute).

En 2023, pour une voiture et pour une durée de stationnement d’au moins 6h (la journée), le prix est par exemple de 12€ en basse saison, 20€ en moyenne saison et 25€ en haute saison.
Le trajet en navette est quant à lui gratuit et l’entrée au Mont Saint Michel coûte 11€ la visite simple.

Réservez votre billet à l’unité tout en vérifiant les disponibilités ici ou réservez l’une des nombreuses excursions proposées sur le site par là.

Le bourg

La grande-rue est l’artère principale du Mont. Elle est étroite, souvent bondée, grimpante et bordée de maisons anciennes (15ᵉ-16ᵉ s). Vous verrez le Logis St-Etienne, le Vieux -Logis, la Sirène et la Truie-qui-file. De nombreuses boutiques de souvenirs gâchent un peu le tableau.

Les remparts du 13ᵉ au 15ᵉ siècle permettent une superbe balade ponctuée de vues sublimes sur la baie. Depuis la tour nord, on aperçoit le rocher de Tombelaine.

Tout au long de votre flânerie, vous pourrez aussi apprécier les défenses avancées, l’église paroissiale Saint-Pierre, le logis Tiphaine et le musée historique. Sans oublier les nombreuses boutiques touristiques et les restaurants aux menus qui font mal au porte-monnaie et qui sont parfois “attrape-touristes”. Et oui, l’omelette de la Mère Poulard à 36€, ça passe difficilement pour quelques œufs (tant que ce ne sont pas des œufs d’oie !).

L’abbaye et le cloître

L’ensemble gothique, aussi surnommé la Merveille, occupe la face nord, et compte 6 salles principales réparties sur 3 niveaux. D’extérieur, on a l’impression d’une puissante forteresse.

La partie est (1211-1218) comprend l’aumônerie, l’élégante salle des hôtes et le réfectoire à la lumière mystique.

La partie ouest (1218-1228) englobe le cellier, la majestueuse salle des Chevaliers et le cloître, chef-d’œuvre absolu.

Le cloître, positionné au sommet de la Merveille, relie symboliquement la mer au ciel. Les arcades et colonnettes sont superbement ornées de sculptures fines et détaillées. On observe de près, des décors de feuillage, des formes humaines et des animaux.

Avant de pénétrer dans l’abbaye, vous arriverez sur la terrasse ouest. Sur cette grande terrasse, la vue est panoramique sur la baie du Mont Saint-Michel.

Dans l’enceinte de l’abbaye, vous aurez également le loisir de visiter et d’admirer l’église, le réfectoire, la salle des hôtes, la crypte des Gros-Piliers, la grande roue, l’ancienne abbaye romane, la salle des chevaliers et les jardins de l’abbaye.

Promenade dans la baie

100 km de côte allant de la pointe du Roc de Granville jusqu’à la pointe du Grouin de Cancale.

La baie est inscrite au patrimoine mondial naturel et culturel de l’Unesco depuis 1979. D’une beauté divine, elle est composée et ponctuée d’îles, de falaises, de grandes étendues, de plages et de dunes.

La baie abrite une faune et une flore très riche et est alimentée par trois fleuves côtiers : la Sée, la Sélune et le Couesnon.

Les vues et les panoramas sur le Mont offrent des moments magiques. Sans parler des balades vivifiantes et 100% nature.

À ce sujet, de nombreuses promenades découvertes de la baie sont en vente sur internet selon différentes thématiques. N’hésitez pas à vous renseigner afin de profiter de la baie les pieds dans l’eau et de jouir d’un milieu naturel sublime et d’exception.

Néanmoins, grande prudence, la baie ne doit pas être explorée sans guide agrée, car ce milieu naturel reste dangereux (vitesse des marées, vent, sables mouvants, trous d’eau…). L’oie vous aura prévenue !

Le point info de l’oie :

le grand marnage d’Europe est un phénomène que l’on observe dans la baie du Mont Saint-Michel.

Qésako ?

C’est la plus forte amplitude entre la marée haute et la marée basse (une moyenne de 10 mètres). L’amplitude atteint 12 mètres lors des vives-eaux normales (marée haute) et 15 mètres lors des vives-eaux exceptionnelles (les fameuses grandes marées).

La partie découverte par la mer appelée estran peut alors atteindre 250 km². Apparaissent alors herbus, salicorne… C’est sur ces terres que sont mis à paître les moutons de pré-salé appelés moutons “grévins”.

Cependant, méfiance. Toujours s’informer des horaires de marées et rester vigilent, car la légende dit que la mer remonte si vite qu’elle va à la vitesse d’un cheval au galop !

Mais pas aussi vite qu’une oie en plein vol, non mais…

Jour 3, Cancale, capitale de l’huitre

La capitale ostréicole bretonne délivre des paysages de parcs à huitres, de barques à fond plat et une lumière qui peut parfois être incroyable selon le temps. Tout cela rend le lieu unique et différent du reste de la côte dans ce petit port qui vit au rythme de l’huitre.

Cancale est petite et la visiter ne vous prendra pas beaucoup de temps. Il faudra surtout vous rendre du côté du port de la Houle et son quai bordé de restaurants où l’on peut déguster une douzaine d’huitres. La jetée s’avance légèrement dans la mer pour accueillir le retour des bateaux de pêche avec leur cargaison de coquillages et de poissons.

La vue des parcs à huitres au loin et l’odeur de la mer font de Cancale un petit port simple et unique.

N’oubliez pas le Marché aux huitres qui a lieu tous les jours Cale de la fenêtre au port de la Houle. Situé tout au bout du port, sous le phare de la houle, face à la mer et aux parcs à huîtres, le marché aux huîtres est unique en France ! Vous pouvez y acheter vos huîtres creuses et plates auprès des producteurs, les emporter ou choisir de les déguster sur place face au rocher de Cancale et au Mont Saint-Michel.

La ferme ostréicole de Cancale

9.70€/pers, visite guidée 1h à 15h : ferme-musée ostréicole pour découvrir le métier et les techniques de culture de l’huitre à travers le temps (collection de coquillages et dégustation). Un moment de découverte sympa si vous avez le temps et aussi avec des enfants.

La pointe du Grouin

La pointe du Grouin (à 10 min de voiture du centre de Cancale, stationner la voiture sur l’aire de stationnement et prendre le sentier à droite du sémaphore) : le panorama varie entre le cap Fréhel au loin en passant par la baie du Mont St-Michel plus près. On peut aussi distinguer par temps clair les îles Chausey, l’île des Landes.

À marée basse, un sentier mène à une grotte creusée dans la falaise (hauteur 10m, profondeur 30m).

La route en corniche jusqu’au Verger suit la côte en alternant de superbes vues.

Le sentier des douaniers à Cancale

Distance : 7 km entre Cancale et la pointe du Grouin

Le chemin de ronde s’emprunte dans le bas de la rue du port, après quelques marches. Dès le monument aux morts, le panorama s’élargit sur la baie du Mont St-Michel et le Mont Dol. Un peu plus loin, la pointe du Hock offre une jolie vue sur le rocher de Cancale.

À droite, en contrebas, au pied de la falaise, s’étendent les parcs à huitres. De chaque côté de la pointe du Hock, le sentier surplombe les grèves. En suivant la côte jusqu’à Port-Mer, une vue superbe sur la pointe de la Chaîne s’ouvre à vous, face au rocher de Cancale. Vous pouvez poursuivre jusqu’à la pointe du Grouin.

Jour 4, Dinan la médiévale et Dinard la bourgeoise

Son charmant petit port de plaisance en bord de Rance, son château-fort et ses remparts qui protègent la vieille-ville font de Dinan une ville qui a tout pour plaire.

La vieille-ville de Dinan

La vieille-ville dissimule des maisons à pans de bois, des ruelles pavées et de jolies architectures. Notamment la Place des Merciers avec la rue de l’Apport et la place des Cordeliers qui la prolonge. Elle forme un ensemble de maisons à pans de bois et de maisons à pignons triangulaires superbe. Des maisons typiquement dinannaises qui datent des 15ᵉ, 16ᵉ et 17ᵉ s, à étages en encorbellement, à porches sur des piliers de bois, à vitrines aux hautes fenêtres. Jetez également un œil dans les rues de la Cordonnerie et du petit-Pain.
Parmi les autres lieux à admirer, il y a la maison de la Harpe si atypique et la tour de l’Horloge, dernier beffroi de Bretagne avec celui de Fougères. Mais aussi l’église Saint-Malo, l’ancien couvent des Cordeliers, la rue du Jerzual, la maison du Gouverneur, la basilique Saint-Sauveur et l’ancien hôtel Beaumanoir.

Autour des remparts de Dinan

Le château reconnaissable grâce à son donjon ducal bâtit dans les années 1380 et ses 5 niveaux offre une superbe vue panoramique. De même que les promenades de la Duchesse-Anne et des Petits-Fossés qui vous permettront d’admirer la Rance, le viaduc et le port.

Le port de Dinan

Animé et jonché de plusieurs terrasses de cafés et de maisons anciennes en pierre ou à colombages, les quais accueillent des bateaux de plaisance. À pied, prenez l’ancien chemin de halage qui passe sous le viaduc. Vous longerez la rivière dans un site verdoyant.

Comptez au moins une demi-journée de visite pour apprécier tous les charmes de Dinan, sans oublier le grand marché qui a lieu tous les jeudis matin place Dugesclin.

Dinard et son bord de mer

Située à moins de 30 km de Dinan, la ville de Dinard est complètement différente. Sa corniche jonchée de belles villas surplombant la mer, ses hôtels, son festival et son casino rendent Dinard chic et bourgeoise. Vous pourrez aussi profiter de sa plage de sable et du sentier côtier.

La grande plage de Dinard ou plage de l’écluse

La statue d’Alfred Hitchcock trône devant cette plage bordée par le casino et de beaux hôtels. Le festival du film britannique a lieu ici chaque automne. La plage est célèbre l’été pour ses cabines en toile rayée et sa piscine d’eau de mer. Tout est fait pour accueillir les vacanciers au mieux. La promenade le long de la plage à gauche mène à une terrasse d’où l’on voit Saint-Malo.

La pointe de la Malouine et le quartier Saint-Enogat

Depuis la plage des écluses jusqu’à Saint-Enogat, le sentier longe la mer en contrebas de somptueuses villas appartenant au village de la Malouine bâti à partir de 1880.

La villa des Roches Brunes est l’un des superbes témoignages de la Belle Époque toisant la mer à l’extrémité de la pointe. Parée de briques rouges et d’une architecture néo-Louis XIII, elle possède de superbes salons de réception et une terrasse panoramique (se visite en saison). Vous passerez également par le beau jardin en terrasse du Port-Riou avant d’atteindre la plage de Saint-Enogat située au bas de rochers escarpés.

La pointe du Moulinet à Dinard

Les vues superbes s’enchaînent sur la côte jusqu’au cap Fréhel d’un côté et sur Saint-Malo et l’estuaire de la Rance de l’autre. C’est l’occasion d’admirer les villas devant une eau turquoise où naviguent voiliers et ferries.

La promenade du Clair-de-Lune de Dinard

Promenade allant de la plage du Prieuré jusqu’à l’anse du Bec-de-la-Vallée. Vous croiserez des palmiers, des cèdres, des eucalyptus et des pins donnant de faux-airs de méditerranée à la promenade. Au-dessus de la promenade, les villas et leurs terrasses surplombent la mer.

La pointe du Vicomté

L’un des quartiers les plus agréables de Dinard. Depuis l’avenue Bruzzo, le chemin de ronde piétonnier offre de superbes vues sur la rade et l’estuaire de La Rance. Vous verrez aussi la tour Solidor et le rocher de Bizeux surmonté de la statue de la Vierge.

Là aussi, je vous invite à rester au moins une demi-journée à Dinard pour pouvoir profiter des différentes promenades et attractions touristiques que propose la ville.

Et si vous avez un peu plus de temps, vous pourrez même faire une excursion en bateau au départ du port. Celle-ci vous fera découvrir la baie de Dinard et celle de Saint-Malo ainsi que les différents forts qui mouillent dans la manche. Une belle façon de visiter le littoral côté mer.

Rendrez-vous sur le site de la compagnie Corsaire pour découvrir les différentes balades proposées.

Jour 5, la découverte du Cap Fréhel et de Fort La Latte

Situé à 50 minutes de voiture de Dinard, il est un peu loin pour un court séjour. Néanmoins, si vous avez le temps, le cap Fréhel est un endroit naturel sublime et extraordinaire à contempler.

Des pics de grès présents dans la mer accueillent mouettes et cormorans, de hautes falaises de grès rose mesurant jusqu’à 100 mètres de haut donnent le vertige surtout que le vent fort est de la partie.

À quelques encablures, le fort La Latte trône fièrement sur sa pointe qui s’avance en mer. Il se rejoint par le sentier côtier.

Le panorama du Cap Fréhel

À la fois impressionnant et fabuleux. Par temps clair, on peut voir les pointes du Grouin et de l’Arcouest, l’île de Bréhat, le cap d’Erquy et bien sûr le fort La Latte.

Le phare du Cap Fréhel

Construit en 1950, il est l’un des 5 phares les plus puissants en France. Sa lampe peut éclairer jusqu’à 120 km par beau temps. Il possède 145 marches et sa montée coûte 3€ par personne.

Le Fort La Latte

Ce château, construit au 14ᵉ siècle, a été remanié pour devenir un fort de défense côtière. Il occupe un site spectaculaire, car il domine la mer de plus de 60 mètres de hauteur. Le fort est séparé de la terre ferme par 2 crevasses que l’on franchit sur des ponts-levis.

À l’intérieur, on peut visiter le corps de garde, le logis du gouverneur, la citerne et la chapelle. Depuis le chemin de ronde, un nouveau panorama extraordinaire s’offre à vous.

Balade et GR34

Le tour du Cap Fréhel se fait en 30 minutes et est une jolie balade. À la pointe extrême, apparait l’ancien phare. Cette tour à feu en granit a été bâtie en 1702 par un disciple de Vauban. Vous pourrez continuer le sentier qui domine les rochers de la Fauconnière, peuplés de goélands, cormorans, pétrels et guillemots. Près du restaurant, le sentier grimpe fort sur la droite et aboutit à mi-hauteur à une plateforme. La vue sur les rochers est superbe et impressionnante.

L’autre balade à pied à faire est celle des landes jusqu’au Fort La latte. Après la fauconnière, le GR34 longe la côte jusqu’au château. Restez sur le sentier balisé blanc et rouge. Après la pointe de Château-Renard apparait l’anse des Sévignés et son rocher. Elle est délimitée à l’est par la pointe de la Pie. La balade alterne entre bruyères et chant des mouettes et goélands.

Mon métier de Travel Planner

Moi, c’est Alexandre, j’ai 44 ans et je suis bien sûr passionné de voyages, de culture et de géographie. J’ai décidé d’en faire mon métier en organisant sur mesure les vacances et les voyages des autres. En France ou à l’étranger, c’est vous qui choisissez.

Tout cela par mon expérience et mes connaissances personnelles en m’adaptant à votre budget et vos envies. J’ai donc créé mon entreprise individuelle : Perpète lès oies – Travel Planner.

Si cet article sur la côte d’émeraude vous a plu et que vous avez envie de me confier l’organisation de votre prochain séjour, il vous suffit de me contacter. Pour cela, rien de plus simple, exposez-moi votre projet de voyage et appelez-moi pour en discuter.

Sinon, vous pouvez aussi me contacter sur mes réseaux sociaux ou je suis présent quotidiennement :

Instagram, Facebook, Pinterest et Linkedin.

Alors à quand une prochaine escapade à perpète lès oies ?

Pour en savoir plus sur les backstages et l’actualité de mon entreprise mais aussi pour recevoir des conseils, recommandations et inspirations afin d’organiser vos prochaines vacances ou votre prochain voyage à perpète lès oies, inscrivez vous à la newsletter de l’oie !